Logo Clio
Service voyages
Service voyages
Les tombes princières de Kazanlak
la Vallée des rois de Thrace
Les Thraces
Pour les Grecs anciens, le pays des thraces était la région des Balkans bordée par le Danube au nord, la mer Égée au sud, la mer Noire à l'est et la chaîne du Rhodope à l'ouest. Peuplée depuis le néolithique, la région vit, au IIe millénaire av. J.-C., l'arrivée de nouvelles populations porteuses de l'art du bronze, caractérisées par une société fortement hiérarchisée et caractérisée, pour les archéologiques, par la présence de tombes à tumuli. C'est là, sur le territoire de la Bulgarie actuelle, que s'installa une population d'origine indo-européenne, les Thraces, qui étaient organisés en tribus placées chacune sous l’autorité d’un roi et généralement en guerre les unes contre les autres ou contre les peuples voisins ; des conflits qui n’excluaient pas de fructueux échanges, avec les Grecs sur les côtes de l’Égée, les Scythes des plaines pontiques du nord est ou les Celtes installés dans le bassin danubien, voire avec les Perses achéménides qui occupèrent un temps la région. Durant la première moitié du premier millénaire av. J.-C., plusieurs grandes tribus, les Gètes, les Triballes, les Besses de la région du Rhodope et les Odryses se partagent le pays, mais ce sont les Odryses qui s’imposent à partir du milieu du Ve siècle av. J.-C. pour construire le premier grand royaume thrace dont la civilisation, brillante bien qu'éclipsée par la proximité du foyer de civilisation hellénique, nous est connue grâce aux auteurs grecs et latins, mais surtout grâce aux découvertes archéologiques qui se sont multipliées dans la seconde moitié du XXe siècle.

Seuthopolis
Alliée avec Athènes au dès le Ve siècle av. J.-C. le royaume des Odryses fut conquis par Philippe II de Macédoine en 342 et Alexandre le Grand proclama la Thrace terre macédonienne en 334, mais durant les campagnes orientales d’Alexandre, les rois Thraces reprirent une partie de leur indépendance et Seuthès III se révolta en 312 contre Lysimaque, héritier de la Macédoine. Ce fut à cette époque, que l'on a qualifiée de Renaissance odryse, courte séquence placée entre la conquête macédonienne et l’invasion dévastatrice des Celtes du Danube, que fut fondée la cité de Seuthopolis, non loin de Kazanlak. Construite sur le plan grec, mais purement thrace, Seuthopolis était le siège de la cour de Seuthès III. On y a mis à jour les vestiges d'un temple-palais aux murs décorés de fresques et plusieurs temples dédiés aux dieux thraces et à leurs équivalents grecs. C'est à proximité immédiate, dans la Vallée des Roses, que l'on a découvert, à partir de 1944, sept tombes en forme de tholos, inviolées et dont la décoration est si remarquable que le lieu à souvent été décrit comme la "Vallée des rois thrace".

Les tombes princières
Édifiée de briques, chacune de ses tombes répond au plan rituel exigé pour les sépultures aristocratiques. Recouvertes de terre pour former un tumulus, elles sont précédées par une antichambre où étaient déposés les corps des chevaux et des esclaves sacrifiés pour accompagner le prince dans la mort. On accède ensuite à la tholos par un étroit corridor, un dromos, décoré de représentations de décors architecturaux. Dans les chambres funéraires des tumuli de Krun et de Muglij, on voit encore, sur le mur peint en rouge, un bandeau en relief composé de motifs végétaux et une frise faite d’une succession d’amphores et de palmettes. Mais la troisième tombe, que l'on croit être l'héroon de Seuthès III, est l'un des rares exemples de peinture antique du monde hellénistique qui ait été parfaitement préservé. Des cavaliers et des fantassins défilent sur les murs du dromos, tandis que la décoration de la coupole de la tholos à laquelle conduit le couloir d’accès est organisée autour d'une scène faisant face à l’entrée. Un homme coiffé d’une couronne est assis sur un siège bas, devant une table chargée de victuailles destinées au banquet funéraire. À sa droite, une femme lui présente des grenades, nourriture des défunts, alors que son épouse est assise à sa gauche sur un trône en bois délicatement décoré. Deux servantes apportent au souverain une boîte pour sa toilette, un coffret à bijoux et un voile. En arrière, un cocher calme des chevaux attelés à un char que précédent des joueuses de trompette. La facture de ces peintures ressort de la technique grecque, comparable à celle des es tombes macédoniennes de Vergina et de Lefkadia, mais elle présente une originalité unique dans l'utilisation de la courbure de la tholos pour inscrire les scènes dans une perspective irréelle qui donne un relief remarquable aux personnages. Synthèse entre l’art hellénistique et les traditions des peuples thraces ou réalisation unique d'un artiste de génie ? La réponse nous sera certainement toujours inconnue...
Pour visiter les tombes Thraces de Kazanlak avec Clio
BUL 32 - 12 jours

Petit pays balkanique étendu du Danube aux Rhodopes, mais héritier d’un puissant Etat médiéval qui inquiéta Byzance, la Bulgarie abrite un important patrimoine archéologique dont les éléments les plus ... Découvrir ce voyage
Nos chronologies
La Bulgarie
Une identité particulière dans la péninsule balkanique

Petit État balkanique confronté aujourd’hui à une situation économique difficile et à un bilan démographique des plus inquiétants, la Bulgarie a enduré, ...
 

 
Mentions légales Conditions Générales de vente Comment s'inscrire Hôtels à Paris Vos assurances Qui sommes-nous ? Clio recrute Nous contacter