Logo Clio
Service voyages
Service voyages
Khorvirap
Le monastère de l'Illuminateur
A l'aube
Dans l'air froid et pur de la plaine d'Erevan, loin des lumières de la ville, le voyageur, tapi dans les vignobles, attend dans l'obscurité. Au loin, on devine une masse sombre et couronnée d'un cône plus clair. Et, soudain, la magie du soleil levant opère, la neige éternelle qui tapisse le sommet du mont Ararat se pare de rose et, comme sur une scène de spectacle, la montagne apparaît progressivement dans toute sa majesté. A son pied, un camaïeu d'ocres révèle la colline et les basses murailles d'où s'élève l'altière silhouette de l'église du monastère de Khorvirap...

A l'aube de l'Histoire
Avec ses 5 165 mètres d'altitude, le mont Ararat est le plus haut sommet d'Arménie et également de la Turquie avec laquelle il marque la frontière. Ce ne fut qu'au XIXe siècle qu'il fut gravi pour la première fois alors qu’il était considéré comme le domaine des dieux ou des esprits. Au Ve siècle, les premiers historiens arméniens, Faust de Byzance et, surtout, le grand Moïse de Khorène, s'appuyant sur le récit biblique, virent dans le mont Ararat le lieu où vint s'échouer l'arche de Noé lorsque commença la décrue des eaux du déluge. Depuis, certains pensent en avoir retrouvé des fragments ! Cependant, à l'époque biblique, le terme d'Ararat ne désignait pas particulièrement cette montagne, mais toute la région qui l'entoure et qui fut le siège d'un puissant royaume, ancêtre de l'Arménie, aux IXe et VIIIe siècles avant notre ère, l'Urartu.
Après avoir été sujette des Achéménides puis des Séleucides, héritiers d'Alexandre, l'Arménie accéda au statut de royaume au début du IIe siècle av. J.-C. quand le gouverneur Artaxias proclama son indépendance. Fondateur de la dynastie des Artaxiades, il fonda sa nouvelle capitale, Artaxata, au pied de l'Ararat, autour de la colline occupée alors par un temple d'Anahita et aujourd'hui par le monastère de Khorvirap. Le royaume connut son apogée sous Tigrane le Grand, mais se heurta ensuite aux ambitions des généraux romains Lucullus et Pompée qui le réduisirent en vassalité et occupèrent Artaxata. Sous la dynastie suivante de princes arsacides, l'Arménie joua le rôle d'Etat tampon entre l'Empire romain et la Perse.

L'aube du christianisme
Selon la tradition, l'Arménie aurait été évangélisée dès l'an 66 par saint Thaddée, d'où le qualificatif d'apostolique qui est toujours accolé aujourd'hui à la dénomination de l'Eglise arménienne, mais ce fut tout au début du IVe siècle que le christianisme s'implanta réellement en Arménie. Né aux environs de 257 en Arménie, issu d'une famille parthe, mais élevé dans la foi chrétienne à Césarée de Cappadoce, Grégoire était, semble-t-il, conseiller du roi Tiridate IV qui monta sur le trône en 298. Fidèle à sa foi, Grégoire refusa de sacrifier à la déesse païenne des eaux Anahita ; Tiridate lui fit donc subir « les douze tortures » puis jeter dans une fosse profonde – Khor Virap en arménien – pleine de serpents jouxtant ce temple pour y attendre la mort, mais les serpents ne le mordirent pas et les anges lui apportèrent boisson et nourriture durant treize ans... Pendant ce temps, Tiridate avait fait subir le martyre à la jeune vierge romaine Hripsimé et à quarante de ses compagnes et leur supérieure Gayaneh, parce que la belle s'était refusée à lui. Il fut alors atteint d'une étrange maladie : chaque nuit, il se transformait en sanglier et allait rejoindre sa harde et se vautrer dans la boue ! Sur les conseils de sa sœur, il fit libérer Grégoire "l'Illuminateur" et fut instantanément guéri. Converti au christianisme, Tiridate brisa les idoles et imposa sa nouvelle foi à son peuple, faisant de l'Arménie le premier Etat chrétien de l'Histoire, et de saint Grégoire son premier catholicos.

Khorvirap, le monastère de l'Illuminateur
Après la mort de Grégoire l'Illuminateur, en 334, Khorvirap devint un lieu de pèlerinage et, au VIIe siècle, le catholicos Nersès III « le bâtisseur » fit construire une première église au-dessus de la fosse de Grégoire, cœur d'un monastère ceinturé de remparts. Celui-ci prit de l'ampleur, une église plus grande – Astvatsatsin : la Sainte-Mère-de-Dieu – fut construite en son centre et il se vit adjoindre, en 1225, une importante bibliothèque. Mal entretenus, affectés par les séismes, les bâtiments durent être reconstruits à la fin du XVIIe siècle, mais dans le respect de cette élégante simplicité qui fait le charme des églises arméniennes avec leur dôme sur tambour cylindrique surmonté d'une toiture conique et leurs décorations limitées à un porche aux colonnades et au tympan délicatement sculptés dans ce tuf rosé et rouge qui semble avoir retenu à jamais les couleurs de l'aurore...
Pour visiter Khorvirap avec Clio
AGE 31 - 13 jours

Au cœur du Caucase, l’Arménie et la Géorgie constituent deux centres majeurs de civilisation. En effet, depuis l’Antiquité, ces régions privilégiées, enserrées dans un écrin de montagnes et de désert, ... Découvrir ce voyage
AR 31 - 9 jours

Dominée par le mont Ararat qui en constitue le pivot symbolique, l’Arménie est le cœur d’une civilisation qui a intégré culture antique et christianisme. Lors de la désagrégation des empires hellénistiques, ... Découvrir ce voyage
 

 
Mentions légales Conditions Générales de vente Comment s'inscrire Hôtels à Paris Vos assurances Qui sommes-nous ? Clio recrute Nous contacter