Logo Clio
Service voyages
Service voyages
Pour le voyageur qui vient de traverser une plaine infinie sous des ciels toujours changeants, les sept tours d'église de Lübeck semblent crever brusquement le brouillard. Apparaît ensuite un horizon de petites maisons en briques, serrées les unes contre les autres. Si le premier contact avec la ville, située sur une île de la Trave, est toujours impressionnant, sa découverte profonde ne fait que confirmer la sensation primitive : Lübeck est une bien belle cité.

La reine de la Hanse
Fondée en 1159 par Henri le Lion, le puissant duc de Saxe et de Bavière, Lübeck est rapidement favorisée par l'empereur Frédéric Barberousse, qui lui accorde le statut de ville impériale libre. Ces privilèges, associés à une situation géographique favorable, permettent l'essor du commerce et de la navigation en Europe du Nord et de l'Est, faisant de la ville la capitale commerciale de l'Empire.
C'est à cette époque, en compagnie de Brême et de Hambourg, que Lübeck fonde la Ligue hanséatique qui assure protection et avantages à près de deux cents villes et ports situés autour de la Baltique, et bien au-delà. En 1370, ayant vaincu les ambitions du roi du Danemark, Lübeck prend la tête de la Ligue dont elle devient la capitale. S'ouvre alors un âge d'or de près de deux siècles pendant lequel la ville s'enrichit sans limite. Le droit lübeckois, particulièrement innovant pour l'époque, pose des réglementations de base en matière de droit de la terre et de la mer. Cette abondance économique transforme le visage de la ville : bien abritée derrière ses remparts, Lübeck se couvre d'églises monumentales, de maisons bourgeoises confortables, de fondations religieuses et hospitalières prestigieuses. Mais l'Histoire avance, et le déclin est proche. Au XVIe siècle, les ambitions des Etats souverains modernes ne peuvent s'accorder avec la forme de commerce « protectionniste et monopolistique » de la Ligue hanséatique. Celle-ci doit rendre les armes, et la guerre de Trente Ans (1618-1648) lui donne le coup fatal : la Hanse est dissoute et sa capitale s'endort doucement. Temps difficiles pour la ville, mais chance pour nous, touristes du XXIe siècle, car, grâce à cela, le patrimoine de Lübeck est largement préservé d'une modernisation intensive. Même la seconde guerre mondiale, si cruelle avec les villes allemandes, l'épargne : dès 1942, la ville est décrétée port de la Croix-Rouge et échappe pour l'essentiel aux bombardements. Elle conserve ainsi le secret de son charme médiéval, dans ses vieux quartiers, lovés entre les bras de la Trave qui l'enlacent amoureusement.

Un gothique de brique
Lübeck est la mère du gothique de brique, un style qui s'est répandu essentiellement dans l'Allemagne du Nord et dans les pays jouxtant la Baltique. La spécificité du matériau employé, une brique allant du rouge le plus vif à des nuances de mauve, lui donne sa principale caractéristique : l'absence de sculptures extérieures, tellement constitutif du gothique de pierre d'inspiration française. Mais ce qui pourrait apparaître comme un appauvrissement, les architectes locaux en ont fait un atout. Les façades de leurs églises, hauts murs percés de rares ouvertures – le vent souffle fort en ces contrées ! – donnent une impression de puissance rarement atteinte. Et n'allez pas croire que tout décor soit absent : les murs sont structurés par le contraste de couleurs entre les briques rouges, plus claires, les briques émaillées, plus sombres, et de fines lignes de plâtre blanc.
Lübeck regorge d'édifices de ce style, à commencer par le symbole de la ville : le Holstentor. Cette porte fortifiée du XVe siècle, qui s'ouvre entre deux énormes tours jumelles, est chérie des Lübeckois mais aussi de tous les Allemands : pendant quarante-cinq ans, elle a illustré les billets de 50 DM. A son fronton, côté ville, les lettres SPQL – Senatus Populusque Lubecencis –, inspirées du fameux SPQR de l'Empire romain, sont la preuve qu'à Lübeck, on a de l'ambition à revendre et le sens de la grandeur de sa ville !
Sur le Markt, l'hôtel de ville résume à lui seul l'âge d'or de la cité. A une étonnante façade en brique du XIIIe siècle succède une aile basse du XVe et une délicieuse loggia Renaissance du siècle suivant. Ce superbe ensemble est dominé par les puissantes tours de l'église Sainte-Marie, le meilleur exemple du gothique de brique à Lübeck. Rien n'est plus imposant que ses volumes extérieurs, avec ses hauts murs aveugles qui l'étirent jusqu'aux nuages. Ce sont eux que les membres de la famille Buddenbrook observent des fenêtres de leur maison de commerce, dans le roman de Thomas Mann, prix Nobel et gloire littéraire de Lübeck. Aujourd'hui, la maison Buddenbrook a été convertie en musée où l'on retrouve l'atmosphère si particulière des romans du grand écrivain.

Atmosphère, atmosphère...
On peut bien sûr visiter une à une les églises de Lübeck, ou encore s'attarder dans les salles voûtées du musée Sainte-Anne, au milieu de superbes sculptures médiévales. Mais, au-delà, il faut surtout se promener dans la ville, au hasard de sa curiosité. Alors, on passera inévitablement d'une rue à l'autre en empruntant un des passages – les gang – qui sont une des caractéristiques du tissu urbain, centrés sur de délicieuses courettes toujours fleuries. D'un pont sur le fleuve, on admirera la noble ordonnance des pignons de brique des demeures patriciennes qui se reflètent dans une eau tranquille que seules les branches d'un saule pleureur viennent troubler. On goûtera dans l'air frais un je-ne-sais-quoi de salé qui rappelle que la Baltique est toute proche. On comprendra pourquoi, par son atmosphère préservée, Lübeck a souvent été comparée à Bruges, Venise ou Amsterdam. Pourtant, ce n'est pas qu'elle ait à rougir de la comparaison, elle n'en a pas besoin : elle est Lübeck, tout simplement.
Pour visiter Lübeck avec Clio
AL 34 - 6 jours

La Hanse évoque les puissants navires qui, de Londres à Novgorod, transportaient au XIVe siècle drap anglais, épices des Indes, ambre, fourrure et cire de Königsberg, fer et bois de Suède. ... Découvrir ce voyage
 

 
Mentions légales Conditions Générales de vente Comment s'inscrire Hôtels à Paris Vos assurances Qui sommes-nous ? Clio recrute Nous contacter