Logo Clio
Service voyages
Service voyages
L'île aux musées
Au cœur de Berlin
Un jardin entre guerre et paix
Ce fut en 1646 que, sous l'influence de sa femme hollandaise, Louise-Henriette de Nassau, le prince électeur de Prusse Frédéric-Guillaume décida de transformer le potager qui jouxtait son château, le Stadtschloss, en un jardin d'agrément – Lustgarten –, dessiné par le paysagiste Michael Hanff. Situé sur une petite île qui sépare en deux bras le cours de la Sprée, non loin de la célèbre avenue Unterdenlinden, aujourd'hui redevenue le cœur de la capitale allemande, le jardin – après avoir, au XVIIIe siècle, servi d'esplanade pour les défilés militaires du belliqueux Frédéric Guillaume 1er de Prusse, le « Roi-sergent » – fut rendu à sa vocation de douce promenade grâce aux aménagements paysagers dont la réalisation fut confiée, au XIXe siècle, à Joseph Lenné. Mais, durant les périodes nazie et communiste, il résonna à nouveau du bruit des bottes... pour redevenir jardin en 1999 !

Le premier véritable musée du monde
Couronné roi de Prusse en 1797, Frédéric-Guillaume III, s'il n'était ni grand stratège ni fin politique, eut cependant le mérite de vouloir partager avec son peuple les trésors artistiques accumulés depuis plusieurs siècles par sa royale famille. Il confia en 1823 à l'architecte inspiré Karl Friedrich Schinkel, le soin de construire un bâtiment qui fût exclusivement destiné à la présentation au public de ses collections : le premier véritable musée jamais conçu dans cet esprit. Le bâtiment néoclassique, précédé d'une imposante colonnade ionique et surmonté d'une rotonde inspirée du Panthéon de Rome, fut inauguré en 1830.

L'Ancien et le Nouveau Musée
L'Altes Museum, qui abrite aujourd'hui les collections d'art antique classique, essentiellement sculptures grecques et romaines, ne fut que le premier d'un vaste ensemble qui parsème maintenant toute « l'île aux musées ». Le Neues Museum fut le second de cette théorie. La construction en fut confiée à Friedrich August Stüler, au milieu du XIXe siècle. S'il fut longtemps inutilisé, il vient aujourd'hui, avec la récente restructuration de toutes les collections berlinoises, rassemblant les œuvres qui étaient dans les deux Allemagnes, de rouvrir ses portes et abrite les collections égyptiennes qui se trouvaient autrefois dans l'Ägyptisches Museum de Charlottenburg et comprennent, entre autres merveilles, le célèbre buste de Néfertiti.

L'ancienne Galerie nationale
En face du Nouveau Musée, l'Alte Nationalgalerie offre le cadre parfait pour présenter la peinture allemande du XIXe siècle. Une plongée stupéfiante au cœur de ce romantisme sombre et souvent poignant, marqué par la représentation d'une nature inquiétante et tourmentée, par la réminiscence des vieux mythes, par cette mélancolie qui est propre à l'âme allemande, le Sehnsucht. S'il ne fallait citer qu'une œuvre pour illustrer ce propos, ce serait sans conteste Le Moine au bord de la mer de Caspar David Friedrich... Quel contraste avec les impressionnistes français qui occupent les salles adjacentes !

De Pergame à Babylone et Byzance
C'est une plongée dans le temps, une promenade dans le Proche-Orient antique, que propose le Pergamon Museum. Les Allemands comptèrent, au XIXe siècle, parmi les pionniers de l'archéologie et le musée fut construit, au début du XXe siècle, pour recevoir le colossal autel de Zeus de Pergame, mais aussi la porte d'Ishtar, chef-d'œuvre de briques vernissées de l'époque babylonienne, la façade du palais omeyyade de Mshatta, la porte du marché de Millet. Le Bode Museum, quant à lui, présente sous sa magnifique coupole de verre, d'inépuisables collections d'art byzantin – icônes, mosaïques, peintures – et un département de sculptures médiévales et Renaissance.

... et hors de l'île
Mais si l'île aux musées constitue un ensemble unique au monde, elle ne résume pas toutes les richesses de Berlin qui sont présentées, en particulier, dans les nouveaux musées du Kulturforum comme la galerie des Peintures avec ses collections de peintures européennes du XIIIe au XVIIIe siècle, le musée des Arts décoratifs ou la Nouvelle Galerie nationale pour découvrir l'art contemporain : ce n'est là qu'une infime partie des cent soixante-cinq musées que compte la capitale allemande...
Pour visiter L'île aux musées
AL 100 - 4 jours

Berlin offre aujourd’hui le visage séduisant d'une capitale culturelle où se mêle le souvenir des fastes de la cour de Prusse à Sans-Souci, le charme des quartiers à la mode autour des rues ombragées ... Découvrir ce voyage
 

 
Mentions légales Conditions Générales de vente Comment s'inscrire Hôtels à Paris Vos assurances Qui sommes-nous ? Clio recrute Nous contacter